Publié : 28 octobre

Jésus .. le dieu du stade et de la piste de danse... avec SWANE DE LASSERRE

Me voici dans le train après 4 jours riches en émotions, sensations et réflexions.
Une belle aventure, pas uniquement sportive, mais humaine et surtout animale ou plutôt équine.

Tout d’abord une rencontre, celle d’un couple passionné, Christine et Jean Louis.
Christine, classe, dégageant une douceur incontestable, un visage rayonnant ; mais ne vous trompez pas, elle sait ce qu’elle veut !

Jean Louis, sous ses allures un peu rustre, un gars attachant et brillant !

C’est donc dans leur maison où nous sommes accueillis que tout commence.
Une maison à la déco soigneuse dans laquelle non seulement on s’y sent bien , mais qui respire, qui vit, qui a une âme.

Christine et Jean Louis ont réussi à donner à cette transhumance une vision à 360° dépassant de très loin même la plus belle des randonnées équestre.

C’est bien pour cela qu’une simple description n’est pas possible. Il faut la vivre….
Car de cette transhumance, on repart … différent.

Que l’on soit mordu ou pas de cheval, cavalier en herbe ou pas ; bref qui que l’on soit, incontestablement votre regard sur les chevaux ne sera plus jamais le même après.

En définitive, c’est une sorte de voyage.
Une expérience qui va de l’extérieur vers l’intérieur (de soi), de l’humain au cheval pour finalement ne faire qu’un.

Ce n’est donc pas juste une chevauchée fantastique dans la montagne.
Bien que ma Chère Souan était majestueuse et qu’elle m’a fait vivre des moments magiques.

Ce ne sont pas juste des paysages à vous couper le souffle…
Ce sont aussi de belles rencontres humaines et des échanges épanouissants.
Mais c’est aussi et surtout un parcours initiatique dans l’antre du cheval.
Un parcours qui vous donne quelques « codes » vous montrant le chemin.
Un cheminement qui vous fait regarder le cheval non plus comme un « outil » mais comme un être vivant.

Avec une particularité également importante à mes yeux, un être vivant qui interagit avec l’homme. Il est avec et non contre.

Nous ne sommes donc pas là dans le débat simpliste et manichéen qui consiste à opposer ces méchants hommes qui maltraitent les animaux
On dépasse de loin cette vision.

Il s’agit au contraire de créer une communion, une réelle complicité entre l’homme et le cheval pour mieux vivre et partager ensemble.
 
Tout individu a des sensibilités différentes, une relation avec les animations emprunte du poids des traditions et de sa propre éducation.
Mais une chose est sûre, cette transhumance :
-  fait réfléchir,
-  oblige à avoir une démarche personnelle d’introspection sur soi , sur son comportement vis-à-vis du cheval
-  fait se remettre en question
-  fait donc avancer…
 
C’est avec grand plaisir que j’ai partagé vos combats, vos projets, vos intuitions…. 
Votre passion….
 
Jesus