Publié : 8 juillet

Maud le retour pour une petite thérapie avec sa jument UKRAINE DE LASSERRE

Mai/juin 2018 : Troisième transhumance pour...

Mai/juin 2018 : Troisième transhumance pour Ukraine et moi, la première dans ce sens-là. Cette fois-ci, j’ai embarqué mon homme avec nous ! Franck fera partie de l’intendance.

Mercredi matin nous prenons la route tous les trois, presque 800 km, 11 heures d’un long trajet, je n’ai jamais tracté un van de ma vie, un baptême du feu, il faut se lancer ! Si heureux d’arriver le soir... La joie de dîner et d’échanger ensemble.

Première journée consacrée aux préparatifs, essais des chevaux et du matériel, découverte du groupe (cette année équipe assez peu nombreuse, et têtes déjà connues pour la plupart !).

Vendredi matin, c’est parti, départ de la maison, nous allons chercher le troupeau au Lens. Traversée et montée dans la forêt puis place aux paysages de campagne et aux chemins... Arrivée le midi à Saint Girons, pique-nique dans le parc du château de Beauregard, les chevaux broutent paisiblement près de nous, dîner fameux et copieux, ambiance conviviale et détendue, nuit bien méritée.

Samedi matin, c’est reparti, itinéraire sur bitume, route des tunnels, pique-nique en fin de matinée, baignade dans la rivière, il faut arriver aux chalets de Serres avant la pluie... Les chevaux entament la montée et ses lacets au grand trot, voire au galop, mission accomplie, douche naturelle pour tout le monde à l’arrivée, en début d’après-midi ! Petit en-cas, installation dans les 3 chalets qui nous sont réservés, du repos. Dîner chaleureux. Soirée dansante agrémentée de déguisements et d’accessoires en tout genre (!). Nuit réparatrice, demain nous attend l’étape de montagne.

Dimanche matin, petit-déjeuner et préparation des chevaux, ça va grimper, les terrains sont glissants, ça a bien raviné avant notre passage... Pause pique-nique sur une piste forestière, ensuite Jean-Louis et Moustic partent en tête, toujours en cordelette... Le troupeau les suit, nous les voyons encore devant nous, nous traversons des paysages grandioses, la forêt, la montagne à perte de vue, la flore est si différente à cette saison... Quelques passages délicats en ce qui me concerne, mais Ukraine a le pied sûr, et le mental ! Du haut d’un col nous apercevons Jean-Louis (allongé dans l’herbe), Moustic et le troupeau broutent tranquillement, en liberté, "au milieu de nulle part", la vue est époustouflante. Nous partons au galop à l’unisson pour les rejoindre, c’est fabuleux ! Petite pause photo et vidéo, introspection et méditation, tout en bas nous voyons l’étang de Lers, il va falloir entamer la descente qui nous mène jusqu’à la piste forestière et à la prairie qui borde l’étang. Un peu périlleux, pierrier délicat par endroits, ça glisse, les rochers sont assez gros... Nous y parvenons tous, ouf ! Trot et galop pour rejoindre les têtes connues qui nous attendent en bas. Petite pause avant de reprendre le chemin qui nous mène à l’estive, chemin digne des meilleurs chamois et biquettes ! Les Mérens y progressent de bon cœur, c’est étroit, ça monte, ça tourne, ça glisse, il faut enjamber, voire sauter des gros rocs. Ukraine semble me dire "ça va aller, puisque je te dis que ça passe !" Un dernier grand trot/galop jusqu’au bas de l’estive, nous descendons de cheval et dé-sellons, le troupeau broute déjà. Reste à l’accompagner à l’entrée de l’estive.
Deux chevaux doivent redescendre avec nous, en plus d’Ukraine, que je ramène en van avec Jean-Louis jusqu’au haras. Elle n’est pas mécontente de rentrer... Lundi matin nous devons reprendre la route, tous les trois. Un long câlin à Bébé, qui m’a donné la plus fabuleuse des juments. 

Merci à l’intendance, mon homme, Laurence, Jean-Claude, Mitch, Sylvie (pour les photos et tout le reste), Christine qui a, en plus de tout organiser, partagé des moments à cheval avec nous. Toxane, tu nous as suivis et observés, tu nous protèges et tu nous protégeras toujours.
Merci à Bernard, notre guide, mon guide, mon point de repère, mon pilier !
Merci à Hesther qui était avec nous malgré tout.
Merci à Jean-Louis, homme de cheval par excellence...
Merci à Laura et Sue. Merci à Odile (on l’a fait, tu l’as fait !), Claire (merci pour ta sensibilité, ta finesse) et Elise (merci pour ta force, ton intelligence).
Merci à ma Benja, que je suivrais partout, enfin presque ! Il y a encore deux ans jamais je n’aurais pensé faire trois transhumances. Comment expliquer ce que nous ressentons...
Merci de ne m’avoir jamais lâchée, d’avoir pris le temps, d’avoir tout compris. Et merci à Ukraine, que je connais depuis 2010, et qui partage ma vie depuis 5 ans (ma vie qui a bien changé...). Ce bonheur que tu as eu de retrouver ton "autre" troupeau (d’adoption celui-là)

lundi soir... Ce très long regard que tu m’as adressé mardi au petit matin, le temps que j’arrive jusqu’à toi, fière dans ton pré, l’air de dire, "ça y est, nous sommes rentrées, mais nous seules savons ce que nous avons vu et vécu ces derniers jours". Voilà, encore une transhumance magique, difficile à raconter, il faut du temps pour reprendre le cours d’une vie normale, qui ne l’est pas tant que ça, finalement. J’ai repensé de nombreuses fois à tous ceux qui avaient partagé les précédentes aventures avec nous. Au grand complet nous formerions une belle équipe...

A bientôt, Ukraine et Maud.