Vous êtes ici : Accueil > 2-Les Transhumances de chevaux de MERENS HPS et le Pastoralisme " (...) > Les transhumants Des chevaux de MERENS HPS > Transhumance Octobre 2009 > Transhumance Etang de l’Hers - Lasserre Bernard et NINON de Lasserre
Publié : 29 octobre 2009

Transhumance Etang de l’Hers - Lasserre Bernard et NINON de Lasserre

Mérens en Ariège..suite

Transhumance Etang de l’Hers/Lasserre les 16/17/18 Octobre 2009

Mercredi 14/10

Je retrouve Martine qui arrive par le train à Toulouse et direction Lassère où nous faisons une halte incontournable ….au pré des chevaux…
Puis installation chez Christine et Jean-Louis et diner convivial.

Jeudi 15/10

La journée sera consacrée aux préparatifs de départ et comme le Mercredi précédent à l’essai des chevaux pour les cavaliers venus de l’extérieur.

Natacha, venue de la Suisse italienne, Patrick de l’Aisne, et moi-même récidiviste de Bourgogne.

Nous serons accompagnés lors de cette sortie par les marcheurs qui seront en tête de la transhumance avec Jean-Louis.
Marcus venu de Suisse Allemande avec son fils Florian et Martine venue de Bourgogne.

Petite mise en jambe pour tout le monde pendant 1h et demie environs, puis retour au haras pour peaufiner les préparatifs.
Le soir nous nous retrouvons autour de la table préparée par Christine pour un repas chaleureux ou les conversations tournent, mais est-il besoin de le dire, autour des chevaux de Mérens.

Puis Jean-Louis nous fera son briefing, nous précisant surtout qu’il ne faudra pas trop pousser les chevaux car il sera devant à pied avec les marcheurs et un troupeau de 40 chevaux qui pousse, cela fait grosso-modo 16 tonnes en pression….alors « si vous poussez trop derrière, je vous donne ma place et je passe derrière …vous verrez….. »
Bon nous avons pris bonne note…mais pourrons nous tenir ce troupeau à bonne distance…à suivre…

Le « paquetage » est distribué par Christine et nous allons rejoindre nos lits pour une nuit de repos avant le départ prévu à 7h00 le lendemain matin.

Vendredi 16/10

A 6h00 tout le monde se retrouve au petit déjeuner, Jean-Louis a déjà grillé le pain et peut-être cette bonne odeur nous a-t-elle chatouillé les narines et tiré de notre sommeil…

Les derniers sacs sont mis dans les voitures et nous prenons à 7h00 la direction de l’Etang de l’hers. Le jour commence à poindre et la froidure du matin, environs -3 ou -4 ° je ne sais pas bien, nous rappelle que nous sommes en Octobre en Ariège et qu’il est bien temps de ramener le troupeau à la maison.

Nous atteignons l’Etang de l’Hers vers 08h30 avec un soleil magnifique mais une température qui n’a pas monté, plutôt même un peu plus « fraîche ».

Nous allons donc remonter à Bispou où nous avions laissé le troupeau au complet le Dimanche précédent.

Il s’agit maintenant de rassembler un peu plus de 40 chevaux disséminés dans la montagne et de les redescendre jusqu’à l’étang.
Cette opération nous prendra un peu plus de 2 h00, mais ils redescendront tous de l’estive, même Ulla, qui n’était plus dans le troupeau depuis quelques temps

L’arrivée à l’étang se fait toujours sous le même soleil et durant notre absence, l’intendance toujours présente, nous a préparé la table.
Après avoir lâché les chevaux dans les prairies environnantes, nous nous restaurons avant de prendre le départ.

L’étape du jour sera la même que celle que nous avons faite Dimanche dernier mais dans l’autre sens. Etang de l’hers/Serre.

Nous allons donc d’abord monter très fort, suivre le sommet du col, passer vers les Orris et ensuite entamer une longue descente vers Serre en passant par Cominac.

Mais cette fois le déplacement sera quelque peu différent.
41 chevaux en liberté et non plus 19
3 marcheurs devant le troupeau + Jean-Louis
5 cavaliers pour fermer la marche et ramener les « dissipés » sur le chemin.
Il va falloir gérer tout cela et avec 41 chevaux en liberté, il y en aura bien toujours quelques uns pour nous faire galoper.
La montée est dure, la pente est très raide et comme dirais Jean-Louis « cela calme »…même les plus costauds.
Mais cela se fait, assez tranquillement dans l’ensemble, jusqu’à la clôture.

Passage un peu compliqué, Yves change de monture, les chevaux s’égayent quelque peu et Jean-Louis nous préviens que cela risque d’être un peu « chaud » dès que nous allons repartir.

Effectivement, nous ne sommes pas assez serré derrière et un « galopin » trouve une ouverture, aussitôt suivi par quelques congénères qui vont nous promener dans les fougères avant de rejoindre enfin le troupeau.

Bon il n’en manque pas à l’appel…lorsqu’il faut compter 41 chevaux….pas simple…il y en a toujours un qui bouge…
Tout le monde est rentré dans le rang et le cheminement reprend… 4 piétons devant…5 cavaliers derrière…

Traversée de la forêt, toujours aussi belle avec ses habits d’Automne et début de la descente…longue descente…où les chevaux seront tantôt calmes, tantôt un peu « speed »

Nous ferons une petite halte pour laisser le troupeau brouter un peu avant les granges de Cominac.
Nous reprenons ensuite le chemin qui va nous conduire jusqu’à Serre destination atteinte vers 16h00.

Il faudra « débriefer » cette journée…un peu difficile parfois, avec un troupeau à l’allure parfois un peu « vive » et des cavaliers pas toujours au « top »

Problèmes d’anticipation, de gestion de son cheval…etc enfin pas tout à fait au point.

Mais qu’à cela ne tienne un copieux repas va nous permettre de nous refaire une santé …et demain sera un autre jour…tout ira mieux…nous serons plus attentifs aux « conseils » de Jean-Louis….

Jour 1 les photos du 2ème jour

La nuit fut froide…il parait…- 5°….brr…
Mais comme toujours le petit déjeuner est là pour nous mettre en forme..

Préparation de nos montures…attention aux queues…elles doivent être impeccables…nous allons entrer dans Saint Girons.. alors il faut faire honneur.

Inspection par Jean-Louis…il semble que nous ne soyons là aussi pas au « top »

Même en brossage…. Alors pour la conduite du troupeau n’en parlons pas.

Mais tout finit là aussi par rentrer dans l’ordre et après la photo de groupe nous allons partir pour quelques Km de routes avant le bain de pieds dans la rivière Salat et la route des Tunnels.
Arrivée à la rivière Salat.. tous les chevaux descendent à l’eau et pour tous quelques minutes de repos « les pieds dans l’eau » que du bonheur…

Nous quittons le Salat après cette petite pause et allons prendre la Route des Tunnels, ancienne voie ferrée qui va nous conduire à St Girons, notre étape.

Cette voie ferrée n’a pas de particularité puisque comme toutes les voies ferrées de France elle suit ou un cours d’eau ou une vallée et ne voulant pas essouffler le train en escaladant les montagnes elle est percée de tunnels… Il va donc falloir passer sous des tunnels (4) tout noirs, où nos chevaux ne verront rien…et il paraît que les chevaux n’aiment pas le noir….

Alors Jean-Louis sera devant avec les 3 marcheurs et lorsqu’il rentre dans le tunnel, Sabir solidement tenu en longe à droite et Martine solidement tenue par le bras à sa gauche, il siffle et appel ses chevaux pour que ceux-ci l’entendent, se repèrent, le suivent et ne prennent pas peur dans cet univers de la nuit..

A l’arrière nous sommes à l’écoute, Jean-Louis appel et siffle, il ne faut donc pas pousser, dès que nous ne l’entendrons plus il sera sorti du tunnel et alors il faudra pousser le troupeau pour qu’il avance et ne rebrousse pas chemin.

Expérience surprenante, angoissante au départ, pleine d’émotion dans ce cours voyage dans le noir.
Alors 1 puis 2 puis 3 et 4 tunnels.. tout s’est bien passé pas d’affolement dans le troupeau, nous n’en avons pas laissé en route…
Mais quel beau moment car cela ne fait pas partie de nos habitudes de cavaliers d’extérieur.
La route des tunnels s’éloigne derrière nous et nous allons arriver à St Girons.

Une voiture de gendarmerie va nous ouvrir la route et nous amener au Château de Beauregard notre étape du jour, étape royale, que nous atteindrons vers 12h30.

Jour 2 les photos du 1er jour

Après avoir parqué les chevaux, nous allons prendre possession de nos chambres. Nous changeons de style après le chalet dortoir de Serre, la chambre Georges Sand…quel contraste.. mais la transhumance c’est peut-être aussi cela…montagne, nature sauvage, difficile parfois et puis étape coocooning…

Mais …car il y a un mais…vers 4h00 du matin Yves entends des pas…non pas d’hommes.. mais de chevaux…quelques, enfin beaucoup sont sortis du parc et gambadent doucement autour de l’hôtel…Il faudra les rentrer…puis 1h00 après de nouveau la même « sensation » de pas….il en restait 4 dehors….La nuit sera terminée pour Yves….

Dimanche 18 Octobre 2009

Dernière étape, derniers Kms au terme desquels les chevaux seront rentrés à « la maison »

Un petit regard en arrière en quittant St Girons, un passage au pied de St Lizier,le plus important siège épiscopal de l’Ariège, seul « bémol » les chevaux ne boiront pas à la fontaine de St lizier, le village est le théâtre d’une exposition d’Arts et les rues sont encombrées de stands et d’étals divers……alors juste un petit salut en passant.

Puis nous empruntons les petits sentiers après avoir laissé derrière nous la voiture de gendarmerie qui nous avait accompagnés dans St Girons ainsi que notre voiture suiveuse.

Nous allons traverser quelques petits villages, suivre des sentiers de randonnée pour arriver sur la très belle voie romaine (une véritable autoroute) qui va nous approcher de Lassèrre.

Une petite halte pour laisser paître le troupeau sur les bas côtés. Jean-Louis a confié le troupeau aux 3 marcheurs qui se trouvaient à ses côté depuis le 1 er jour et accompagné de son fidèle et fier Sabir, est venu nous rejoindre à l’arrière. Rien ne bouge devant, les aides sont au « top »..

Encore quelques Km de voie romaine, de chemins, salué au passage par Colette qui est ravie de voir le troupeau rentre au haras et nous allons gravir la dernière côte, un peu longue d’ailleurs, qui nous amènera à l’entrée de Lassèrre que nous traverserons vers 11h30.

Tous les chevaux sont là, ils retrouvent leur pré après 5 mois passés dans les montagnes de l’Ariège,.
Sont-ils heureux de rentrer ???? Seraient-ils restés dans ces montagnes de liberté ????
Ils m’ont dit dans le dialecte Mérens que la montagne c’est leur espace de vie pour l’été, mais que lorsque la neige va venir ils sont très heureux que l’on vienne les chercher pour les ramener près de leur soigneurs.

Il est 12h00, dernière photo au pré.
L’aventure s’achève.

Jour 3 les photos du 3ème jour

FIN DE NOTRE PERIPLE

J’ai eu la chance de pouvoir faire la descente de bout en bout et je garde de ces deux transhumances des souvenirs très différents mais aussi fort.

La première se veut plus technique cavalière, avec des passages difficiles, quelques émotions quand le cheval a soudain un postérieur dans le vide, mais quelle puissance quelle agilité pour se récupérer et se retrouver très vite sur 4 pattes..

Les paysages traversés sont très variés et l’œil n’en fini pas de s’émerveiller de la beauté de la nature qui nous entoure.
J’ai eu l’impression sur ces 3 jours de remonter le temps et revivre une aventure de pionnier conduisant les troupeaux à travers les montagnes de l’ouest américain …retour à une vie loin des tumultes de la ville …
Laissés derrière les soucis et les préoccupations du quotidien.
L’esprit est libre et peut vagabonder au rythme des croupes noires des chevaux qui ondulent devant moi.

La deuxième partie sera moins technique, mais chargée d’émotions lors de la traversée des Tunnels.

Le rythme sera différent puisque le troupeau sera précédé de marcheurs, mais la difficulté sera de gérer 41 chevaux en liberté, dont une quinzaine de jeunes poulains pour qui s’était le premier voyage de retour.

Pour conclure je dirai que ces 10 jours passés en Ariège, au milieu des Mérens, en compagnie de Christine et Jean-Louis m’ont apporté calme et sérénité.

Quand nous quittons Lassère, après une dernière caresse aux chevaux, les Km se déroulent, mais l’esprit est toujours dans les montagnes, et nous revivons tous les instants passés.

La nuit prochaine sera peuplée de rêves faits de chevaux noirs, de crinières au vent, de tables joyeuses, de rires et de partage.

Sans aucun doute nous reviendrons..

Voir en ligne : picasa